www.mairie-lelamentin.com > Un jumelage à vivre…

Entrez un mot-clé
Rechercher
Toute notre actu
Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, cliquez ici
Nos brochures
   



Toutes les infos pratiques


Menu des cantines

 
Guide en ligne des droits et démarches administratives


  L'actualité dans le monde
 

Tous les numéros
pratiques
 

Espace numérique du Lamentin

 

Vigilance météorologique
Sondage
Quels types d'information recherchez vous sur le site ?
une adresse
un dossier d'actualité
une délibération
une documentation
une autre info

Voter
Tout en images

Un jumelage qui ne mourra jamais...

Plaque commémorative en attentant une prochaine fresque murale à Santiago, colloque, exposition photo, plantation du 1er arbre de la forêt de la solidarité, remerciements aux coopérants cubains, voici un condensé des différents temps forts de célébration des 15 ans de jumelage entre Santiago et Le Lamentin.


Une plaque pour commémorer un jumelage qui ne mourra jamais

C'est sous une pluie battante que la délégation martiniquaise emmenée par Le Maire Pierre Samot a inauguré en compagnie de Marcos Antonio Campins, 1er vice-président de l'assemblée municipale représentant Raoul Fornes Valenciano, Maire de Santiago, la plaque commémorative du jumelage. Celle-ci est située face à la maison natale d'Antonio Maceo. A côté de cette plaque, une fresque murale sera réalisée par des artistes des deux villes pour célébrer les mémoires historiques et culturelles de Cuba et de la Martinique. Cette fresque sera un symbole durable de l'union entre Le Lamentin et Santiago.

Frantz Fanon, au cœur des débats

A coté de cette animation, il y a aussi le temps des réflexions. Au théâtre Heredia, la vingtaine de conférenciers Martiniquais a inauguré et participé le colloque autour du thème « La Caraïbes qui nous unit ». Une première journée a été consacrée à l'illustre Frantz Fanon. Un choix qui n'est pas dû au hasard, le parcours de cet humaniste radical ayant finalement rencontrer un bel écho auprès des penseurs cubains et caribéeens. Les débats ont également porté sur l'identité caribéenne.


« Mémoires graphiques des 15 ans d'amitié »
C'est le nom donné à cette exposition photos qui s'est tenu pendant le festival dans les locaux du conservateur de Santiago. Une magnifique expo photo retraçant les 15 ans de coopération entre des deux villes. Lors de la conférence qui a suivi son inauguration, des agents de la ville ayant œuvré au fil du jumelage ont fait part au public de leur expérience. Ce fut le cas pour Nadine Elie-dit-Cosaque, chef du service sécurité civile qui a mis son travail sur le projet « 1,2 Toits Solidaridad ». Projet de solidarité au cours duquel des coopérants cubains ont prêté main forte afin de réparer les toitures de maisons du Lamentin ayant souffert après le passage de l'ouragn Dean. L'inauguration de cette exposition photos s'est poursuivi avec la musique du groupe Kod'Yam, accompagné dans leur tâche par les costumes d'époque de l'association Flam's Kréyol.


Le plus beau des symboles
Pierre Samot et son homologue Raoul Fornes Valenciano ont procédé le 8 juillet à l'une des étapes les plus symboliques du jumelage entre les deux villes, à avoir la plantation du 1er arbre de la forêt de la solidarité. Afin de célébrer le 500ème anniversaire de la fondation de la ville de Santiago de Cuba en 2015, les autorités de Santiago ont souhaité créer une forêt de la solidarité. Un projet environnemental auquel ils ont souhaité associer Le Lamentin, démontrant une fois de plus tout l'intérêt qu'ils accordent à cette coopération.
Aussi, c'est côte à côte que Pierre Samot et Raoul Fornes Valenciano, rejoints par la présidente du Conseil Général, Josette Manin, ont mis en terre cet arbrisseau qui comme le jumelage devra croître et s'épanouir au fil des ans. « Que cet arbre pousse comme l'amitié qui unit nos deux peuples depuis 15 ans... » a dit Raoul Fornes Valenciano.
Pour l'y aider, une cérémonie Yoruba destinée à le purifier a ponctué cette cérémonie. Le Maire Pierre Samot, très ému, a émis le souhait que ce ne soit pas seulement les lamentinois, mais que tous les martiniquais viennent en pèlerinage à la Forêt de la Solidarité voir pousser cet arbre.


Merci à eux...
En 15 ans de jumelage, les agents municipaux de la ville du Lamentin ont été plus d'une fois témoins des efforts fournis par tous ceux qui œuvré pour que la coopération entre les deux villes soit synonyme d'enrichissement réciproque.
Aux côtés des anciens maires Nicolas Carbonell Igaza, Louis Ibanez Arranz, Roberto Evaristo Alvarez Solano et depuis peu de Raul Fornes Valenciano, ce sont des centaines des cubains qui ont eux aussi donné le meilleur d'eux-mêmes pour que chaque projet de coopération soit une réussite. Aussi c'est dans les salons de l'hôtel de ville de Santiago que les deux maires avaient tenu conjointement à recevoir 93 cubains, témoins de ces années de coopération, au cours d'une cérémonie de remerciements. Avec fierté, ces hommes et ces femmes ont reçu des mains de Pierre Samot et des élus Christina Joseph-Monrose, Claire Tunorfé, Alex Arnolin, Joseph Soudès, Josette Manin et Judith Laborieux la médaille de la ville du Lamentin. Leur travail a été aussi reconnu par leurs autorités, puisque le Maire de Santiago, Raul Fornes Valenciano, leur a remis un diplôme de remerciements.
Dans son allocution, Judith Laborieux, porteur politique du projet du festival del Caribe, a remercié tous ces coopérants aux côtés desquels elle estime s'être renforcer. « La célébration de ces 15 ans resteront à jamais dans mon cœur. Vous nous avez donné une richesse que vous avez en quantité, l'amour, l'amitié... ».
Après avoir été proclamé l'an dernier « fils illustre » de Santiago, Le Maire Pierre Samot a reçu des mains de son homologue Raul Fornes Valenciano un diplôme d'honneur en tant qu'ami loyal, véritable et intègre. Un geste qui vient de nouveau confirmer la qualité des relations entre les deux villes. L'animation musicale a été assurée par le groupe Palantché de Léon Sainte-Rose avec en prime le défile des costumes traditionnels de l'association Flam's Kréyol.

Gala de la Martinique : simplement magnifique !

La présentation du gala de la Martinique au théâtre Heredia fut le 6 juillet le point culminant de la participation de la Martinique à ce 32ème festival del Caribe. Pas moins d'une centaine d'artistes martiniquais étaient présents sur scène pour la présentation de tableaux joués, dansés, contés,... La fête a été lancée par un « yécriiiiik » retentissant dans l'enceinte du théâtre. Et c'est en conte que Sarah-Corinne Emmanuel et Dédé Duguet ont raconté la Martinique dans un espagnol parfait. Entre deux péripéties, les personnages dans lesquels ils s'étaient mués laissaient place à d'autres expressions.
Ainsi, les tambours, les flûtes des mornes et les conques de lambis de Watabwi se sont faits entendre. Les danseurs du Grand Ballet de la Martinique et de Trass-là ont évolué auprès de ceux plus contemporains de la compagnie Christiane Emmanuel et des danseurs de hip hop de MD Company. Quant à la compagnie Suriakantamani, elle a rappelé l'héritage indien de la Martinique. On sait désormais grâce à A Sou Yo et Moov', que les orchestres de rues savent aussi occuper la scène. Kali et Dédé Saint-Prix ont eux humblement partagé la scène du théâtre Heredia. A tous ceux-là, il faut ajouter les danseurs de l'AM4, les belles de l'association Flam's Kréyol, le trio de Charly Labinsky qui a mis en musique le spectacle. Après Santiago, ce magnifique spectacle mis en scène par Christiane Emmanuel et José Exilie devrait par la suite être joué sur la scène martiniquaise.


Le défilé du serpent, et, le défilé du feu ou la rencontre avec le peuple cubain

Les rues du centre-ville de Santiago de Cuba, et notamment l'artère passant devant la mairie et la place Cespedes, ont été en début et en clôture du festival les lieux d'évoulution des groupes des différents pays et de la Martinique. C'est là que le public particulièrement nombreux a pu apprécier le défilé du serpent en ouverture et le défilé du feu en clôture du festival. Ces deux temps forts sont particulièrement attendus par le peuple cubain. C'est là que toutes les délégations conviées au festival del Caribe sont officiellement présentées à la population.
Le défilé du serpent est ainsi baptisé, car les rues du centre ville, sinueuses et étroites, donnent l'impression d'un immense serpent qui tente de se frayer un passage entre les bâtiments. Coloré, festif, bruyant, les deux défilés ont de faux airs de carnaval martiniquais. En tant qu'invité d'honneur, c'est donc la délégation de la Martinique qui était la plus attendue. Une délégation qui a été à la hauteur, soumettant aux regards du public un concentré artistique composé des orchestres de rues A Sou Yo et les filles Moov, les conques de Watabwi, les danseurs du grand ballet de la Martinique. Les matadors et les belles en robe grand-mère de l'association Flam's Kréyol et les hommes d'argiles ont eux fait la fierté de la délégation martiniquaise. L'apothéose pour les deux défilés restera la sortie du char du jumelage, expression créative d'artistes cubains et martiniquais. Un char qui était une œuvre d'art à contempler et sur lequel avaient pris place les 15 ambassadrices qui ont captivé toutes les attentions.

Réalisé et hébergé par Web et Solutions avec OASIS 2009