www.mairie-lelamentin.com > « Mi yo » et « syntaxe créole comparée »

Entrez un mot-clé
Rechercher

Vos demandes d'actes d'état civi

Toute notre actu
Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, cliquez ici
Nos brochures
   



Toutes les infos pratiques


Menu des cantines

 
Guide en ligne des droits et démarches administratives


  L'actualité dans le monde
 

Tous les numéros
pratiques
 

Espace numérique du Lamentin

Service public
 

Vigilance météorologique
Sondage
Quels types d'information recherchez vous sur le site ?
une adresse
un dossier d'actualité
une délibération
une documentation
une autre info

Voter
Tout en images

« Mi yo » et « syntaxe créole comparée »

Des deux ouvrages pédagogiques « mi yo » et « syntaxe créole comparée » ont été présenté le mardi 30 octobre 2012 à la médiathèque du Lamentin. Une présentation en écho à la journée du créole qui s'est déroulée du 28 octobre.

Le public présent, attentif et très intéressé se composait majoritairement d'enseignants, mais également de passionnés et de curieux de la culture créole. Après quelques mots de bienvenue et d'introduction par Chantal Pastel, directrice adjointe et responsable de la bibliothèque adulte, Denise Grangenois, un des auteurs de « mi yo » a fait découvrir les deux livrets de l'ouvrage, celui du maître et celui de l'élève.


Elle a montré comment ce livre permet aux enfants du cycle 3 et à leurs enseignants de découvrir la littérature créole. Un livre qui est composé de différentes parties : les fables avec texte bilingue, une présentation des auteurs des fables, des questions d'expression, de vocabulaire, un exercice de traduction et de recherche. « Mi yo » se veut attrayant et accessible aux inexpérimentés du créole, même en dehors de l'école. Par conséquent une couverture aux couleurs chatoyantes habille cet ouvrage, « an ti coulè filibo » pour reprendre les mots de Denise Grangenois avec comme autres caractéristiques des illustrations, une bonne lisibilité avec un caractère choisi.

Les auteurs Laure Etilé-Mauvois, Michel Béroard, Georges Mauvois et Marie-Denise Grangenois ont voulu que ce livre réponde à 4 objectifs. A savoir susciter la lecture plaisir du créole par le conte, constituer un corpus de mots créoles soutenu, constituer un répertoire de textes créoles classiques et enfin donner très tôt aux enfants les codes ou clés du conte créole. Le créole qui y est écrit est du GEREC 2 (Groupe d'Études et de Recherches en Espace Créolophone et Francophone).

Comparaison des créoles

Le second livre présenté « syntaxe créole comparée » est de Robert Damoiseau. Cet ouvrage pédagogique s'adresse aux étudiants. Toutefois une question a été posée : ne serait-il pas intéressant de l'introduire dès le collège ? Dans « Syntaxe créole comparée », l'auteur étudie quatre créoles de la Caraïbe : le créole de Martinique, Guadeloupe, Guyane et Haïti, tous de la même base lexicale française.

Dans sa démonstration, Robert Damoiseau s'est principalement arrêté sur la détermination et la pluralisation dans la langue créole. Pour bien se faire comprendre, il a relevé quelques exemples de mots, de phrases qu'il a soumis au public. La pluralisation est lié à la détermination. Ce qui rappelle certaines langues africaines tel le yoruba.

Ce qui ressort de cette comparaison des créoles est qu'il y a des analogies et des différences ou spécificités. Exemple de spécificités, par souci de grande économie dans le créole haïtien lorsqu'on pluralise, on ne détermine pas. La détermination est implicite au contexte. L'intervenant a fait remarquer qu'à travers cette étude comparative, on note que le créole obéit à des règles tranchantes et rigoureuses.

En guise de conclusion, Robert Damoiseau a rappellé les objectifs de son livre. A savoir permettre aux apprenants du créole d'avoir une ouverture sur d'autres créoles de la Caraïbe, renforcer leur compréhension du créole, voir les spécificités et les analogies et enfin faciliter l'enseignement du français à des créolophones en passant par l'alliance des créoles.

Un échange passionné et tout aussi intéressant avec le public a suivi les deux présentations. Des témoignages ont appuyé la nécessité d'outils tels ces ouvrages pour un meilleur apprentissage du créole. Certains ont aussi salué cette initiative qui contribue à donner au créole ses lettres de noblesse. D'autres ont saisi l'opportunité pour souligner qu'il faut être fier d'être créolophone, bilingues et de pouvoir utiliser le « code switching » ou changer de langue sans honte.
Réalisé et hébergé par Web et Solutions avec OASIS 2009