www.mairie-lelamentin.com > Histoire des rues

Présentation
Carte interactive
Histoire
Nos anciens maires
Histoire des rues
Evolution à travers les siècles
Office de Tourisme
Sites et monuments à découvrir
Guide du Lamentin
L'Arbre de la Liberté
Quelques actions
Relations internationales
Rôle et enjeux de notre action internationale
Nos Villes partenaires
Nos archives
Une idée, un projet, contactez-nous
Entrez un mot-clé
Rechercher
Toute notre actu
Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, cliquez ici
Nos brochures
   



Toutes les infos pratiques


Menu des cantines

 
Guide en ligne des droits et démarches administratives


  L'actualité dans le monde
 

Tous les numéros
pratiques
 

Espace numérique du Lamentin

 

Vigilance météorologique
Sondage
Quels types d'information recherchez vous sur le site ?
une adresse
un dossier d'actualité
une délibération
une documentation
une autre info

Voter
Tout en images

Histoire des rues

Le Conseil municipal, par délibération du 13 Août 1987, a consacré l'appellation des voies et des rues de l'agglomération urbaine du Lamentin.
Dans le numéro 7 du Bulletin Municipal en date de Décembre 1988, un article avait exposé les motifs du choix des élus.

Il nous avait alors été reproché de n'avoir pas précisé l'identité ou l'origine des noms choisis. Les lignes qui suivent tentent de compléter l'information du public. Elles n'ont rien d'une recherche véritablement historique, nous espérons pourtant qu'elles susciteront chez nos concitoyens l'envie d'en savoir davantage et de pouvoir poursuivre les recherches sur notre patrimoine communal.

Rue de l'abattoir
Tient son nom de l'Abattoir communal situé au bord de la Rivière Longvillier, dont le séparait la voie ferrée.
SOUDON - MORNE CABRIT
Qu'empruntaient les locomotives pour transporter le sucre et le rhum de l'usine centrale dite SOUDON, jusqu'au dépôt de MORNE CABRIT.

Rue Salvador Allende
Homme d'Etat Chilien, né à Valparaiso en 1908 - Médecin.
Socialiste, il est élu en 1970 président de la république avec l'appui de l'ensemble de la gauche. Assassiné lors du coup d'Etat du Général PINOCHET le 11.09.1973.

Rue Ernest André
Maire de la commune de 1889 à 1896. Anciennement rue Saint-Louis.

Rue Robert Antoine
Instituteur d'un dévouement exceptionnel, il avait généralisé des cours gratuits de soutien scolaire pour les enfants candidats à l'entrée au lycée (concours de bourse) et au certificat d'études primaires.

Rue Baobab
Tient son nom du Baobab (unique spécimen semble t-il de la Martinique) situé à l'ancienne habitation Place d'Armes.

Rue des Barrières
Origine inconnue. Vraisemblablement bordée des barrières clôturant les immeubles riverains.

Rue du Bois Quarré
Du nom de l'habitation qu'elle desservait.

Rue Léonard Bulver
Militant communiste. Ouvrier docker. Conseiller Municipal.

Rue Arthur Cayol
Ainsi dénommée par arrêté municipal du 01.07.1912. Maire du Lamentin 1896-1901. Décédé le 29.03.1901. Constructeur du marché ouvert (1896), de la prise d'eau Rivière-Blanche (1900) 2ème réseau d'eau potable venant renforcer celui de Roches-Carrées. Constructeur de l'asile des pauvres (1896). Cours d'adulte (1900).

Rue Lucien Cognet
Ainsi dénommée par arrêté municipal du 13.08.1987.
Conseiller Municipal de 1928 à 1934. Conseiller Général du Canton du Lamentin - Saint-Joseph. Maire socialiste de 1936 à 1945. Révoqué par l'amiral Robert de 1941 à 1943. Avait crée des dispensaires de quartiers, la station de verdunisation de l'eau à PONT-MAMIN. La Maternité et la Pavillon des maladies infectieuses à l'hôpital du Lamentin. Mort en 1947.

Rue Léonce Bayardin
Ainsi dénommée par arrêté municipal du 01.07.1912. Maître charpentier. Constructeur. Reconstitution du clocher de l'église après le cyclone de 1891. Il a cédé gratuitement l'emprise de la rue qui porte son nom (ce qui était exceptionnel à son époque). A bénéficié en retour d'une concession gratuite d'eau potable à perpétuité. Son domicile comprenait le terrain d'emprise des écoles maternelles Céline RICHELIEN, le siège du SCL et la Maison JEAN-MARIE.

Impasse Belcour
L'état des archives communales n'a pas permis de retrouver l'origine du nom.

Impasse Bellegarde
L'état des archives communales n'a pas permis de retrouver l'origine du nom.

Place Emile Berlan
Maire de 1884 à 1888. Sa demeure s'étendait de la rue du Trou au Chat n°29 au n°33 et sur la rue Maugée (dernier vestige : l'imprimerie le scribe).

Rue Léopold Bissol (1889/1982)
Ouvrier ébéniste. 1er ouvrier Conseiller Général (1933). Député de la Martinique, 1945-1953. Syndicaliste convaincu il contribue à la création de nombreux syndicats et à la CGTM. Membre, puis secrétaire du Parti Communiste Martiniquais.
Né le 8 Octobre 1889 au Robert, fils d'une ouvrière agricole, devient militant syndicaliste et politique. Ebéniste-Fondateur du mouvement syndical, il est élu en 1933 conseiller général de Fort de France.
Avec Jules MONEROT, Joseph DOL, le Docteur Juvénal LINVAL, il crée le 19 Décembre 1919, le "Groupe Jean JAURES" d'où naquit le mouvement communiste en Martinique.
Premier et seul ouvrier de l'empire colonial français élu député de la Martinique le 4 Novembre 1945 et toujours réélu.
Député honoraire, membre du comité central du PCM, très écouté. Jusqu'à sa mort en septembre 1982 il est Président d'honneur du Parti Communiste Martiniquais.
A sa mort des délégations vinrent de toute la Martinique lui rendre hommage et des messages du monde entier furent adressés à la direction du PCM. Il est enterré au Trabaub. BISSOL joua un rôle incontestable ici pour l'instauration de la retraite des vieux travailleurs et la conquête de la sécurité sociale.

Place André Debuc
Notaire, Maire de 1912 à 1936. Construction de l'hôpital-hospice, de l'école des garçons et des filles au quartier Césaire. Renforcement et extension de la distribution d'eau potable. Lotissement Petit-Manoir, 1ère modernisation de l'église 1932, construction de l'actuelle Mairie, par l'architecte Louis CAILLAT.

Boulevard Amédée Huygues Despointes
Dénommé par arrêté municipal du 01.07.1912. Maire de 1904 à 1912. Poursuit l'oeuvre d'Arthur CAYOL, dont il a été l'adjoint de 1889 à 1901.
- Eau potable - prise d'eau sur la Rivière-Blanche au lieu dit Jonction.
- Electrification de l'éclairage,
- Modernisation de l'éclairage public,
- Percée de la rue Bayardin prévue par CAYOL en 1899,
- Création école Rivail 1905, Ecole Pelletier 1912.

Avenue Frantz Fanon (1925/1961)
Militant anti-colonialiste. Médecin-Psychiatre exerçant à BLIDA (Algérie). S'est rangé du côté du FLN pendant la guerre d'ALGERIE; Expulsé par LACOSTE, il reprit le combat extérieur. Auteur de divers ouvrages dont Peau Noire, Masque Blanc.

Rue Albert Camus (1913/1960)
Ecrivain Français né à MONDOVI (Algérie). Auteur d'essais : le mythe de sisyphe (1942). Auteur de romans : l'Etranger (1942), La Peste (1947) et de pièces de théâtre : Caligula (1945), Les Justes (1949).

Rue Emmanuel Courant
Militant Communiste. Fit partie de l'équipe qui renversa COGNET en 1945.

Rue
Clémencin
Conduisait à l'habitation du même nom située partiellement sur l'emprise de la ZI de la Lézarde.

Rue Albert Crétinoir
Militant syndicaliste membre du PC. Originaire du Lamentin, installé à BASSE-POINTE, il organise les luttes ouvrières contre le patronat. Conseiller Général.

Rue Léon-Gontrand Damas
Homme littéraire, universitaire et poète originaire de la Guyane. Animateur du mouvement des étudiants noirs en 1935 avec SENGHOR.
Député socialiste de Guyane en 1948. Professeur à l'université d'HOWARD (USA).

Rue Louis Delgrès
Militant anti-esclavagiste. Né à Saint-Pierre, militaire servant dans les armées de la révolution française ; Affecté en Guadeloupe en 1789 ; l'insurrection populaire portant au pouvoir Magloire PELAGE en 1801, il est responsable du commandement militaire de la Basse-Terre. Le Général RICHEPANSE envoyé par BONAPARTE en 1802 pour y rétablir l'ordre et l'esclavage se heurte à DELGRES et à ses hommes qui, battus, se réfugient à la Redoute du Matouba et s'y donnent la mort plutôt que de se rendre.

Rue Paul Gaugin
Peintre Français 1848-1903. D'abord impressionniste, rompit avec le mouvement et poursuivit une voie originale volontiers spirituelle de la peinture. Séjourna à l'Anse Turin (Carbet) avant de s'installer définitivement en Océanie.

Rue Guedon
Surnom du propriétaire du Pitt primitivement installé à l'entrée de cette voie en impasse à l'origine.
Actuellement, voie reliant la rue du Four à Chaux au RD15.

Rue Martin Luther King
Pasteur américain. Militant anti-raciste, de race noire, né à ATLANTA en 1929. Son action a visé à l'intégration des noirs.
Prix Nobel de la paix de 1964. Meurt assassiné en 1968.

Rue Victor Lamon
Homme politique syndicaliste. Dirigea la CGT puis la CGTM pendant de très nombreuses années. Organisa l'application des lois sociales et la sécurité sociale à la MARTINIQUE.
Né au Marin le 9 Juin 1905, militant syndicaliste et politique. Il se destinait à la marine-marchande et passa son diplôme de navigateur. La misère des ports l'écoeura.
Secrétaire Général Fondateur de la CGTM. Président d'honneur de la Caisse Générale de Sécurité sociale en Martinique, il est justement considéré comme le père de la Sécurité Sociale installée en 1948 en Martinique dont il a été Président effectif du Conseil d'administration.
Licencié de son travail aux Etablissements BERTE, car sommé par ce patron de choisir entre son travail et la défense des travailleurs; il n'hésita pas une seconde.
Victor LAMON consacra sa vie à l'action syndicale, à l'organisation des travailleurs, sans avoir été jamais rémunéré. Il cultivait la vanille dans son jardin créole de BALATA.
Pour son oeuvre sociale et syndicaliste, il a été décoré de la Légion d'Honneur par le gouvernement de Pierre MAUROY. Membre du Bureau Politique du PCM, ses interventions basées sur la psychologie et le comportement des classes martiniquaises étaient très appréciées.
Il mourut le 4 janvier 1988. Ses obsèques furent grandioses. Il est inhumé au Marin.

Rue Alphonse Laverand
Bactériologiste et médecin militaire Français né à PARIS (1845-1922). Il a surtout étudié le paludisme qui chacun sait ravageait la commune avant 1956.

Rue Figuier
Avant 1960, il existait sur la rive droite de la Lézarde à la limite de la mangrove une clairière tout au bord de l'eau. Le bain était fort agréable et on organisait souvent sur ce site des pique-niques.
La rue du Figuier est un vestige de la voie qui permettait d'y accéder en traversant en traversant l'actuelle Zone Industrielle de la Lézarde.

Rue Floraindre
Du nom du quartier situé au nord de la Ville qu'il desservait directement avant le percement de la RN1 dans les années 60.

Rue Emma Forbas
Homme politique du début du siècle. Forte personnalité. Adjoint de A.DESPOINTES. Décédé en décembre 1910. Anciennement rue Saint-Joseph.

Rue Four à chaux
Chemin qui menait au four à chaux à l'époque sur l'emplacement des Etablissements R. VILO à la Z.I. la Lézarde. Desservi par la mer par le canal AGAPIT qui arrivait entre SOCOMI et AUTOS G.M.

Rue Fernand Guilon
Commerçant, Militant Communiste. Maire du Lamentin de 1945 à 1959. Reconstructeur de l'église. Entreprit la mise en viabilité des nombreux quartiers de la commune.

Rue Jeanne Lero
Militante communiste et de l'Union des femmes. Née au LAMENTIN rue Ernest ANDRE où sa famille possédait un commerce important.

Rue Longvilliers
Du nom de la rivière qui prend sa source à Saint-Joseph au lieu dit Grande Gouttière. Transformée en canal navigable de la Place du Calebassier jusqu'à son embouchure dans le cohé du LAMENTIN.

Rue Ernest Maugée
Anciennement, rue Saint-Denis. Maire de 1875 à 1883.

Rue Ludovic Maller
Cordonnier. Militant communiste. Maire adjoint de GUILON.

Rue (Gaigneron de) Marolles
Fils des propriétaires de l'habitation GAIGNERON (ci-devant Trou Maraingoin). Mort au champ d'honneur 14-18.

Rue du Mirador
Du nom du Pitt construit entre cette rue et l'autoroute.

Rue de la Paix
Autrefois rue MANGIN. Dénommée par arrêté municipal du 13.08.1987 en raison des activités colonialistes du Général MANGIN (bataille de Verdun), pendant la guerre 14-18 et de sa "participation" à la répression du Maroc en compagnie de LYAUTEY dans les années 20.

Rue Léon Papin Dupont
Dit le Saint homme de TOURS. Né à Grand case le 24.01.1797, avocat à Saint-Pierre puis à Bordeaux et enfin à Tours ou il meurt le 18.03.1876.
Toute sa vie fut consacrée à la pratique religieuse catholique, on lui attribue des guérisons miraculeuses et son procès en béatification débuté en 1891 est encore en cours.

Rue Herman Perronnet
Docteur en Médecine, consacra toute sa vie professionnelle à la santé publique. Médecin de dispensaire puis Directeur de la PMI au Service Départemental de la santé (D.D.A.S.)

Rue Pablo Piccasso
Peintre dessinateur, graveur et sculpteur espagnol installé à PARIS dès 1904. Militant antifasciste, il a exercé une influence majeure sur l'évolution de l'Art Moderne.

Rue (Alexis Leger dit) Saint John Perse
Ambassadeur de France-poète né à POINTE A PITRE 1887-1975. Prix Nobel de littérature en 1960.

Rue (Hardy de) Saint-Homer
Maire de 1849 à 1862. Conseiller Général et Président de Conseil Général. A été révoqué en 1862, pour s'être opposé à la partition du Hameau de Rivière-Blanche qui devait aboutir à la création de la Commune de SAINT-JOSEPH.

Rue Victor Schoelcher (1804/1893)
Anciennement, rue du Trou au Chat puis rue Saint-Laurent.
Membre du gouvernement provisoire de la 2ème République (1848). Secrétaire d'Etat à la Marine, Membre de la société des Amis noirs. Rapporteur du décret d'abolition de l'esclavage. Député de la Guadeloupe et de la Martinique.

Rue Trou au Chat
Route qui menait du Lamentin à la Commune de Ducos. Anciennement dénommée Trou au Chat.

Rue Camille Sylvestre
Secrétaire général du PCM de sa création jusqu'à sa mort en 1962. Né au François. Homme politique Martiniquais. Premier Secrétaire Général du Parti Communiste Martiniquais. Durant la période répressive de la droite (1959-1969) il fut plusieurs fois poursuivi par l'Etat Colonialiste Français (1961-1962), quatre fois pour atteinte à l'intégrité du Territoire Français, pour la seule raison que le Parti Communiste Martiniquais revendiquait l'autonomie en Union avec la France. Il fut déchu de ses droits civiques et politiques. Candidat du PCM au François, il avait battu le candidat de la droite. C'est par une fraude éhontée qu'il n'est pas proclamé élu. L'urne avait été placée à la préfecture et durant la nuit avait été manipulée par quelqu'un enfermé à l'intérieur de pièce.
Il mourut le 24 Décembre 1962. Son inhumation se fit à Fort de France.

Rue Pierre Zobda-Quitman
Militant communiste. Directeur Général du CHR de Fort de France. Maire adjoint de Georges GRATIANT à sa mort en 1986.

Rue Vieux-Pont
Chemin qui conduit au quartier Vieux-Pont et aboutissant à la Chapelle dite de Sainte-Philomène.

Place du 22 Mai
Il s'agit du 22 Mai 1848 en commémoration de la révolte des esclaves, qui aboutit à l'abolition de l'esclavage. Il faut savoir que la révolte ne se localisait pas qu'à Saint-Pierre, mais au Lamentin aussi, les esclaves avaient manifesté contre leurs maîtres avec moins de violence.

Réalisé et hébergé par Web et Solutions avec OASIS 2009